web builder

L'arrivée


Ce qui a poussé nos ancêtres à émigrer en Nouvelle-France n'a jamais été réellement éclairci. Ils étaient confortablement établis à Tourouvre partageant leur temps entre le commerce et la culture et figurant au rang des notables de l'endroit. On situe leur arrivée à Québec possiblement vers 1638. Venaient-ils comme marchands ou cultivateurs? Possiblement les deux car comme a écrit Geslin: « Tout paysan Normand ou Percheron est en même temps commerçant ». En 1640, nous retrouvons les trois frères Gagnon Mathurin, Jean et Pierre prendre possession de concession de terres à Château-Richer. Ces terres étaient situées tout près de la paroisse actuelle de Sainte-Anne-de-Beaupré entre la Rivière-aux-Chiens et le Sault-à-Ia-Puce.

Il y avait une limite pour la coupe du bois à chaque année afin de ne pas diminuer la valeur de la terre, de ne pas plumer la terre comme il disait. « Ils ont vécu surtout des produits de la ferme, c'était très différent de la vie d'aujourd'hui, mais la terre produit si on veut la cultiver, tout ce qu'il faut pour se nourrir et vivre heureux. Ils aimaient tout ce qui était beau et bon, ne regardaient pas le temps que cela prenait pour réussir quelque chose. Ils mettaient leur confiance en Dieu parce que même si on pense de tout faire, c'est Dieu notre Père qui fait la plus grande part. Nous sommes très petit devant ces grands champs et ces graines que nous mettons en terre. »

Jean, le premier à s'établir occupe un lot près de la Rivière-aux-Chiens ayant comme second voisin son frère Mathurin qui à son tour côtoie la terre de son frère Pierre. Chacune de ces terres à environ sept arpents de front donnant sur le fleuve et une profondeur de 126 arpents. Établis sur leurs fermes respectives, les trois frères se mettent à la tâche pour exploiter et valoriser leur concession tout en continuant à exercer leur commerce à Québec. Ils font la navette entre Château-Richer et Québec. Le 14 août 1651, le gouverneur Louis Dailleboust leur octroie un terreau du côté ouest de la rue Saint-Pierre dans la basse ville de Québec où ils établissent un magasin. Les affaires prospèrent. En 1660, les frères Gagnon possèdent de 25 à 40 arpents de terre chacun, des bestiaux et sont relativement confortablement établis avec leurs familles. Noblesse oblige: Mathurin l'aîné est nommé par le Gouverneur pour siéger au Conseil Souverain qui est ce que l'on pourrait appeler le gouvernement du temps.

(Source : Les textes et les images proviennent du magazine « La Gagnonnière »)

© Copyright 2019 Les Familles Gagnon et Belzile inc - Tous droits réservés - Politique de confidentialité